Filezilla.fr – Télécharger Filezilla pour PC, Mac et Linux

Très concrètement, FileZilla est un logiciel FTP libre (gratuit), multiplateforme, consistant en un client FTP Filezilla et en une version FileZilla Server.

L’utilisation de FileZilla en version client FTP est possible sur Windows, MacOS X et Linux quand FileZilla Server n’est actuellement disponible que pour Windows.

Windows 64 Bits Windows 32 Bits Windows Servers MacOS

Autant la version serveur que le client FTP supportent les protocoles FTP et FTPS (FTP over SSL/TLS) quand la version client FTP de FileZilla supporte également en plus des connexions à des servers via SFTP (SSH File Transfert Protocol).

Le code source de FileZilla est bien évidemment disponible et ouvert à tous via SourceForge.

interface filezilla windows

Choisir entre FileZilla Client et FileZilla Server

Vous n’y connaissez rien au sujet des logiciels FTP et l’on vous demande déjà quelque chose à laquelle vous ne comprenez pas grand-chose ? Retrouvez une explication simple et logique du fonctionnement du protocole FTP qui sert à transférer des fichiers d’un ordinateur (avec FileZilla Client) sur un serveur pouvant être une machine tournant avec FileZilla Server.

Le principe client/serveur consiste en « l’un permet d’ajouter, supprimer et organiser ses fichiers sur le serveur FTP » quand le serveur (comme FileZilla Server) permet de gérer ce qu’il a à administrer côté serveur.

Vous l’aurez compris : dans 99% des cas vous n’êtes pas venu ici pour installer un serveur FTP mais plutôt pour utiliser FileZilla Client afin de gérer un site web ou tout autre espace de stockage pour partager des fichiers en FTP.

Une fois FileZilla installé sur votre ordinateur (sous Windows, Mac OS X ou encore Linux), vous pourrez retrouver de l’aide pour configurer un compte FTP FileZilla.

Fonctionnalités de FileZilla

• Interface utilisateur « typique » des clients FTP pour une prise en main immédiate,
• Multi-plateforme : fonctionne sur Windows, Linux, BSD, Mac OS X et autres systèmes d’exploitation alternatifs,
• Prise en charge du protocole FTP, du chiffrement avec FTP over SSL / TLS (FTPS) et un mode serveur/client via SSH File Transfer Protocol (SFTP),
• Support de l’IPv6 qui est la dernière version du protocole de communication internet,
• Support de la reprise de transferts puisque ceux-ci peuvent être mis en pause,
• Reprise lors d’un transfert de gros fichiers de plus de 4Go,
• Possibilité de reprendre les uploads et download interrompus,
• Une interface utilisateur multitâche vous permettant d’afficher et de gérer plus d’un serveur ou même différents transferts simultanés sur de multiples serveurs,
• Gestionnaire de site puissant et file d’attente de transfert permettant d’ordonner toutes les différentes tâches que vous avez à effectuer,
• Des « favoris » pour un accès rapide à vos serveurs habituels,
• Configuration de limites en vitesse de transfert permettant ainsi de réduire les erreurs de transferts sur certains serveurs,
• Annuaire de comparaison afin de comparer des fichiers en local avec des fichiers sur un serveur dans un même répertoire. Lorsqu’un fichier ne possède plus les mêmes informations (nom de fichier différent, taille de fichier différente) le logiciel mettra en surbrillance les fichiers en question d’une autre couleur,
• Filtre par noms de fichier : les utilisateurs peuvent filtrer certains fichiers spécifiques selon certaines conditions comme le nom de vos différents fichiers,
• Un assistant de configuration réseau pour vous permettre de régler étapes par étapes le plus simplement du monde les différents paramétrages réseau nécessaires,
• Édition de fichiers à distance pour des éditions rapides à la volée sur un server FTP. Plus besoin de télécharger le fichier, vous pouvez l’éditer depuis votre ordinateur pour ré-uploader les changements directement sur le serveur,
• Système anti-déconnexion : si votre connexion est restée inutilisée trop longtemps, Filezilla le vérifiera et enverra la commande keep-alive pour éviter la déconnexion automatique,
• Connexion par fichier avec un mot de passe maître stockant tous les autres par un chiffrement (les informations sont « cryptées »),
• Synchronisation automatique et à la demande dans l’explorateur de fichiers et de dossiers,
• Recherche de fichiers à distance afin de les consulter justement à distance sur votre serveur,
• Commandes et interface personnalisables pour passer sur un thème plus foncé par exemple,
• Explorateur local/distant permettant d’éditer les fichiers en ligne et de changer les permissions d’accès,
• Détection des temps de pause pare-feu,
• Support de HTTP1.1, SOCKS5 et de FTP-Proxy,
• Système de file d’attente de transferts de fichier clair et gérables au cas par cas lorsqu’il y en a plusieurs en même temps,
• Gestion de la bande passante améliorée depuis les dernières versions,
• Import et export de vos paramètres de connexion si vous migrez depuis un autre poste informatique,
• Télécharger Filezilla dans sa dernière version à chaque mise à jour de manière automatique et transparente,
• Glisser & Déposer (Drag and Drop) pour des downloads et uploads simples et rapides,
• Disponible dans de nombreuses langues, 47 pour être précis dont la langue arabe, l’arménien, le basque, le bulgare, le catalan, le chinois, le corse, le croate, le tchèque, le danois, le néerlandais, l’allemand, le grec, l’estonien, le finnois, le français (bien heureusement), le gallegan, l’hébreu, le hongrois, l’indonésien, l’islandais, l’italien, le japonais, le géorgien, la langue khmer, le coréen, le kurde, le kirghize, le lituanien, le letton, le macédonien, le norvégien, le népalais, l’occitan, le persan, le polonais, le portugais, le roumain, le russe, le serbe, le slovaque, le slovène, l’espagnol, le thaï, le turc, l’ukrainien, le vietnamien,
• Gratuité totale puisque projet open-source avec un fort encouragement à distribuer et partager Filezilla. Le logiciel est devenu « un standard » en tant que client FTP dans le monde.

Version FileZilla Server : le serveur FTP simple

En ce qui concerne FileZilla Server FTP (et non FTP Client), nous pouvons retrouver les fonctionnalités suivantes :

• Support du protocole FTP et FTP over SSL/TLS (FTPS) pour une connexion chiffrée,
• Le support de l’IPV6,
• Compression via DEFLATE (Mode Z),
• Le paramétrage de limitation en vitesse de download et d’upload,
• Le support des fichiers larges supérieurs à 4GB,
• Une administration à distance,
• Un système de permissions pour des utilisateurs ou groupes d’utilisateurs,
• Un filtrage par adresse IP afin de n’autoriser que vos collaborateurs à se connecter.

Filezilla Server est le frère de FileZilla Client. Il s’agit d’un très simple serveur FTP qui est conçu par la même équipe technique que pour le client. Tout a été bien pensé pour ajouter en plus du simple protocole FTP le FTP over SSL/TLS qui apporte le chiffrement et donc une sécurisation des transferts.

Filezilla Server n’est hélas disponible que pour la plateforme Microsoft Windows et reste un logiciel libre et donc le serveur FTP open-source par excellence le plus utilisé par le grand public.

Accueil du logiciel Filezilla par le public et les professionnels

En mai 2008, Chris Foresman avait en charge l’évaluation de différents clients FTP pour le compte du site internet Ars Technica et voici ce qu’il en ressorti :

Beaucoup de mes amis dans le domaine du support technique en informatique me recommandent le client FTP FileZilla parce qu’il est gratuit mais aussi parce qu’il possède une version Mac OS X en plus de Windows et Linux. Si je l’utilise je n’ai pour autant jamais apprécié son interface surchargée qui est compliquée pour les débutants.

Toujours pour le site Ars Technica mais en août 2008, Emil Protalinski publia :

Cette semaine, le logiciel gratuit que nous vous recommandons est Filezilla… Ce client FTP est très rapide et régulièrement mis à jour. Il peut être « moche » en interface graphique, mais il est de loin le plus rapide et ne m’a jamais laissé tomber.

De grosses entreprises comme GoDaddy, des universités comme Clarion University of Pennsylvania ou encore le National Capital FreeNet recommandent FileZilla pour uploader leurs fichiers sur leurs différents services d’hébergement web).

Filezilla est disponible dans la base référentielle de beaucoup de distributions Linux, incluant Debian, Ubuntu, Trisquel et Parabola GNU/Linux-libre.

En janvier 2012, le site de référence CNET récompense FileZilla du maximum prévu de 5 étoiles sur 5, ce qui n’était jamais arrivé auparavant.
Depuis que le projet participatif sur SourceForge tente une monétisation par adware, il arrive que certaines personnes découragent d’autres personnes de télécharger Filezilla.

Pourtant, cette utilisation d’adware est sans risque pour les données de l’utilisateur qui ne se verra que proposer des offres publicitaires mieux ciblées (et donc potentiellement intéressantes).

FileZilla : les coulisses d’un logiciel libre à succès

Le site Lifehacker eu la chance de pouvoir interviewer le développeur du logiciel FileZilla, Tim Kosse, pour tout connaître de l’histoire d’un projet open-source abouti et d’un logiciel devenu un incontournable des clients FTP. Voici la traduction intégrale de l’article disponible en anglais ici.

Parmi les applications que je télécharge à chaque première installation d’un ordinateur il y a FileZilla, le très simple client FTP open-source. Pour ceux qui possèdent un petit site internet à gérer c’est en gros l’un des logiciels que tout webmaster possède dans sa boîte à outils.

Même si je l’utilise surtout parce qu’il est parfaitement fonctionnel, je ne peux m’empêcher de me sentir nostalgique lorsque j’utilise FileZilla. Cela me rappelle l’époque où j’essayais du code HTML pour que je puisse publier des images et GIFs cools sur mon tout premier site.

Une fois que mon code HTML était fonctionnel, il me suffisait d’envoyer la sauce via un client FTP afin d’uploader toutes mes créations sur le serveur, la toute dernière étape dans l’édition d’un site internet. De nos jours, un site entier ne peut être créé que depuis un navigateur mais je préfère continuer quand même d’avoir la main sur mes projets grâce à FileZilla.

D’où vient FileZilla ? D’un projet d’étude en fait et j’ai pu m’entretenir avec Tim Kosse (NB : le fondateur de FileZilla) à propos de comment et pourquoi il créa FileZilla il y a maintenant plus d’une quinzaine d’années.

FileZilla fut donc un projet d’école, c’est bien cela ? Quand vous tentiez de résoudre ce problème en particulier vous tentiez vos expériences via des logiciels existants ou l’inspiration vous est venue d’ailleurs ?

Oui, FileZilla débuta comme un simple projet d’étude lors de mes cours d’informatique durant ma dernière année de lycée, il y a plus de 15 ans maintenant. Nous étions à la recherche de quelque chose d’utilisable qui ne soit ni trop trivial ni trop compliqué à implémenter et pourrait être retravaillé en parallèle du reste. Malheureusement, je ne me souviens plus des détails exacts pour me souvenir de pourquoi nous avions eu le besoin de concevoir un client FTP.

Une fois que vous êtes arrivé avec cette idée d’un client FTP, quelle fut l’étape suivante ?

Comprendre comment implémenter les plus basiques des fonctionnalités de n’importe quel client FTP comporte le fait de savoir : se connecter à un serveur, pouvoir voir l’arborescence des dossiers et bien évidement de pouvoir transférer des fichiers en download et en upload.
En ce qui concerne l’interface graphique (le design) nous nous sommes limités à reproduire ce que faisaient basiquement les autres clients FTP de l’époque que nous connaissions. Pour ne pas nous ennuyer avec cela nous avons utilisé des fonctionnalités tierces-parties conçues pour les logiciels FTP (sous Windows).
À la conclusion officielle du projet, j’ai poursuivi mes travaux dessus, tout simplement parce que je souhaitais pouvoir utiliser pour moi même un bon client FTP. Tout doucement j’ai ajouté des fonctionnalités et résolvais les bugs au fur et à mesure qu’ils apparaissaient. A un moment donné, j’ai décidé de débuter également FileZilla Server pour complémenter le client FTP que je concevais.

Comment avez-vous choisi les plateformes à viser et lesquelles ignorer ou mettre en attente ?

Initialement Filezilla n’était conçu que pour Windows puisque c’était le seul système d’exploitation que nous maitrisions lorsque nous avons débuté le projet. À un moment j’ai décidé de porter le logiciel sur différentes plateformes, en particulier sous Linux. Malheureusement pour nous, avoir décidé de commencer sur une librairie pour l’interface graphique fonctionnant sous Windows a été un réel problème et être opérationnel sur plusieurs plateformes nous a demandé une complète réécriture de FileZilla.
Plus tôt en 2004, j’avais finalement décidé de réécrire FileZilla en repartant de zéro puisque l’ancien code de base commençait à devenir incroyablement compliqué à maintenir en fonction puisqu’à l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité on risquait de casser bien des choses.
Après plusieurs recherches j’ai décidé de donner sa chance à wxWidgets library et commença la réécriture de Filezilla en mars 2014 avec une sortie, la version 3.0.0, « seulement » après trois ans et demi de travail. Non seulement j’avais totalement sous-estimé la complexité du développement multiplateforme mais durant cette période je continuais à apporter un support de l’ancienne version. De plus, je continuais également à améliorer FileZilla Server. Malgré toutes ces difficultés, la réécriture de FileZilla fut un total succès.

Quelle a était votre plus grande difficulté et comment l’avez-vous contournée ?

Une conception comme celle-ci c’est un petit peu comme une interminable suite de ralentisseurs que vous croisez sur la route.
Le langage FTP est un vieux protocole qui comporte son lot d’histoires mais également de fonctions héritées. Des parties du protocole FTP sont décrites très en détail quand d’autres parties sont totalement laissées sans information. Cela amène à voir qu’il y a parfois plusieurs manières de parvenir à achever un unique objectif en FTP, ce qui fait que plusieurs logiciels FTP proposent parfois des fonctionnalités totalement différentes des autres.
De plus, l’utilisation FTP de connexions séparées pour les commandes de contrôles et les transferts de données sont encore plus compliqués s’il y a un firewall (pare-feu) derrière des routeurs NAT, ce qui apporte là aussi son lot de challenges à résoudre.
Ceci nous amena bien souvent à des problèmes intéressants, par exemple un serveur peut ne pas implémenter une fonctionnalité correctement ou le firewall devant le serveur peut bloquer certaines commandes. Plus tard, FileZilla pouvait être le seul client FTP qui utilisait une commande particulière. Il en résulta que FileZilla ne pouvait par exemple pas échanger de fichiers sur des serveurs ne possédant pas toutes les fonctionnalités nécessaires d’activées.
Cela m’est arrivé presque à chaque fois que j’ai voulu ajouter une fonctionnalité FTP supplémentaire ou voulut modifier la manière dont FileZilla opérait. Dans ces situations j’ai dépensé beaucoup d’efforts et de temps pour déterminer la source de tous ces problèmes. Comme cela arrive pour d’autres logiciels FTP open-source, j’écrivais généralement un patch qui fixait le problème.
Malheureusement cela arrivait beaucoup sur les serveurs propriétaires, avec les firewalls et routeurs NAT puisque je ne pouvais rien faire moi-même pour réparer le problème, chaque constructeur étant normalement celui qui devrait s’en occuper. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré le blocage principal de ce projet : comment convaincre les autres que le problème provient d’un composant tierce-partie, spécialement lorsqu’en contre-argument je pouvais recevoir que cela fonctionnait avec d’autres logiciels ou anciennes versions de FileZilla ?
Alors que j’utilisais plutôt des solutions de contournement dans de tels cas, celles-ci venaient avec leurs lots de complexité. De plus, le problème principal à la racine de tous les autres n’était toujours pas résolu.
C’est alors que j’ai pris une grande décision : je n’implémenterais plus de solution de contournement si celle-ci peut compromettre la sécurité ou les performances. Bien que FileZilla ne nécessite pas de serveur pour prendre en charge des fonctionnalités facultatives, si le serveur dit qu’il prend en charge une fonctionnalité particulière, FileZilla attend à son tour que le serveur la gère correctement. Si le serveur demande la prise en charge d’une fonction particulière alors c’est Filezilla qui doit posséder le nécessaire que le serveur requiert pour que tout fonctionne correctement.
Bien évidemment qu’à l’époque cela n’était vraiment pas pratique pour les utilisateurs impactés, spécialement si le fabricant du serveur ou du firewall n’était pas au courant du problème ou ne voulait carrément pas le résoudre. Quoi qu’il arrive, je reste strictement convaincu encore aujourd’hui que résoudre la source du problème est toujours la meilleure chose à faire.

Les gens ont beaucoup de choix pour trouver un logiciel FTP, quelles sont les fonctionnalités que vous trouviez les plus importantes lorsque vous avez conçu FileZilla ?

Avant de décider d’implémenter une nouvelle fonctionnalité à FileZilla, je regarde si un client FTP avec une interface graphique sera le bon outil pour cette tâche. Il n’y a que peu de valeur en l’implémentation d’une fonctionnalité qui est très bien desservie par d’autres types de logiciels. Un exemple du genre pourrait être l’implémentation de l’automatisation de certaines tâches et ou de mettre en place des transferts cryptés, je pense que cela est bien plus intéressant à faire en ligne de commande pour que cela soit plus simple et rapide.
Après avoir décidé d’implémenter une nouvelle fonctionnalité, il y a 2 principales considérations qui vont impacter l’implémentation de ladite nouvelle fonctionnalité dans FileZilla.
La première considération est la fiabilité. Chaque fonctionnalité doit pouvoir fonctionner dans tous les usages qu’il est possible d’imaginer. En plus vient s’ajouter la sécurité qui est un aspect que je considère comme de l’ordre de la fiabilité. Une vulnérabilité peut être découverte dans le logiciel qui se mettrait à faire des choses pour lesquelles il n’est pas censé être prévu. En d’autres termes, les utilisateurs peuvent compter sur FileZilla qui est fiable, fait exactement ce qu’on lui demande, ni plus ni moins.
Le second aspect est la performance et l’évolutivité. Naturellement, Filezilla doit être le plus rapide possible car personne n’aime attendre plus longtemps qu’il n’est nécessaire pour une tâche. Lorsque l’on implémente une fonctionnalité, je pense toujours à considérer ce qu’il arriverait si quelqu’un utilisait cette fonctionnalité à l’extrême. Par exemple, la plupart des utilisateurs ne vont manipuler que quelques milliers de fichiers, pourtant Filezilla est un client FTP conçu pour gérer des dossiers contenant des millions de fichiers, ce qui se compterait en téraoctets de données.

Une fois ce projet scientifique terminé, comment cela s’est-il passé au lancement du logiciel ? J’imagine que cela a été un peu l’effet boule de neige avec de plus en plus de personnes qui ont adopté le logiciel à l’époque ?

Oui, au départ le lancement a été très discret. J’ai créé alors un nouveau projet sur SourceForge, renseigné une description du projet et uploadé la première version de Filezilla.
En attendant qu’éventuellement les premiers utilisateurs qui auront essayé le logiciel laissent de bons commentaires, je continuais de travailler à l’amélioration de Filezilla alors que pendant ce temps la base des utilisateurs continuait de croître à la sortie de chacune des nouvelles versions.
Je ne me suis jamais attendu à un tel succès et c’est ce qui m’a motivé à continuer de travailler sur le projet. Si quelqu’un m’avait dit en 2001 que j’allais atteindre le million d’utilisateurs à travers le monde, je l’aurais traité de fou.
Petite anecdote : les toutes premières versions de 2001 fonctionnent encore sous une machine tournant avec le système d’exploitation Windows 10 d’aujourd’hui !

Avez-vous déjà à un moment donné penser à revendre ou monétiser le logiciel ?

Je n’ai jamais considéré que revendre FileZilla soit une option viable. Après tout, avec Filezilla sous licence open-source il est un logiciel gratuit dont la redistribution n’est pas seulement autorisée mais carrément encouragée.
Néanmoins, je participe au programme partenaire DevShare de SourceForge pour générer un revenu. Je comprends que les utilisateurs n’aiment pas les bundles d’autres logiciels proposés, j’ai donc décidé que chacun aura la liberté de faire son choix au moment de l’installation de FileZilla.

Comment gérez-vous les critiques des utilisateurs à ce sujet ?

Les retours des utilisateurs peuvent être classés en 3 catégories : les reports de bugs, les demandes de nouvelles fonctionnalités, puis les demandes génériques demandant de l’aide.
Dans les reports de bugs, je fais un premier tri et s’il s’agit bien d’un bug dans Filezilla cela sera corrigé puis publié à la prochaine version.
Je trouve important de maintenir une cohérence avec notre produit, donc chaque requête pour une nouvelle fonctionnalité est traitée différemment. Certaines fonctionnalités ne collent pas du tout à la vision que nous nous faisons de FileZilla ou sont carrément hors sujets. Cela me permet déjà de filtrer beaucoup de requêtes. Certaines seront inscrites puis priorisées dans la liste des fonctionnalités à implémenter en ayant un numéro de tracker pour être sûr qu’elles soient implémentées à un moment ou un autre.
Pour ce qui est des demandes génériques d’aide, je n’ai hélas pas le temps de pouvoir répondre personnellement à chacun, le forum de FileZilla est un excellent endroit d’entraide pour vous en sortir.

Comment faites-vous désormais pour gérer votre temps entre le développement de nouvelles fonctionnalités et le maintien à jour de celles existantes ?

J’essaie toujours d’inclure des deux dans chacune des sorties de versions de FileZilla. Je dirais que les trois quart de mon temps je le passe à développer de nouvelles fonctionnalités.
Dernièrement, j’ai passé énormément de temps à travailler sur des améliorations dans l’architecture même du logiciel, en modernisant et en nettoyant de larges portions du code source de base. Quand FileZilla semble être depuis toujours le même, à certains updates il peut pourtant y avoir de profonds changements du logiciel. Non seulement cela permet d’améliorer la qualité et les performances de FileZilla, mais cela me permet également de pouvoir facilement implémenter plus tard de nouvelles fonctionnalités.

Quel conseil donneriez-vous à des personnes qui souhaiteraient se lancer dans un projet similaire ?

Soyez persistant en maintenant une vision claire du produit final. Créez des mises à jour le plus tôt possible et le plus souvent possible afin de ne pouvoir vous focaliser que sur les sujets qui nécessitent réellement des améliorations ou des modifications. Enfin et surtout, utilisez pour vous-même ce que vous créez.

SFTP : la sécurisation supplémentaire pour les transferts en FTP

Le SFTP, appelé aussi FTP over SSL, FTP-SSL ou encore FTP Secure, est une extension du protocole FTP à laquelle est ajoutée le support du protocole cryptographique TLS (Transport Layer Security) et (auparavant) le support du SSL (Secure Sockets Layer) aujourd’hui désuet.

On peut le confondre avec ce qui nous intéresse ici, à savoir le SSH File Transfer Protocol, aussi appelé Secure File Transfer Protocol (SFTP) qui est un protocole réseau récent qui permet un accès à distance à des fichiers, de transférer des fichiers et de gérer différentes tâches simultanément.

Il a été conçu par l’IETF (Internet Engineering Task Force) comme une extension pour le protocole Secure Shell (SSH) version 2.0 afin d’apporter une sécurisation supplémentaire dans les transferts de fichiers.

L’IETF déclara que, même si ce protocole est décrit dans certains contextes comme le protocole SSH-2, il peut être utilisé pour plusieurs utilisations ainsi que pour diverses applications, comme le transfert de fichier sécurisé via TLS (Transport Layer Security) ou encore pour le transfert et gestion d’informations pour des logiciels VPN.

FileZilla Client : le « logiciel FTP » du débutant et du pro

Quand on ne s’y connait pas et que l’on cherche un client FTP pour administrer son premier site web ou pour se créer un stockage personnel à distance (se créer un serveur FTP), on peut faire confiance en FileZilla Client et dans le dernier cas à FileZilla Server.

Même si évidemment la gratuité y fait pour beaucoup dans ce choix, il existe pourtant des dizaines d’autres clients FTP gratuits, open-sources ou en versions de démonstration shareware.

Pourtant, FileZilla reste le plus populaire des clients FTP tout simplement en restant « le plus simple » puisqu’il a su garder l’esprit de base de tous clients FTP d’une certaine époque (les débuts du protocole FTP).

Particulièrement robuste et complet, il s’agit d’un client FTP très fiable pour les professionnels alors que pour les débutants il reste tout de même le meilleur choix pour apprendre à utiliser un client FTP le plus simplement du monde.

Nous pouvons également féliciter les hébergeurs de sites web du monde entier qui se mettent à inclure une documentation pour créer « un compte FTP » sous FileZilla et ainsi vous connecter à l’espace FTP de votre hébergeur très facilement.

C’est sans compter l’export puis l’import de fichiers contenant vos informations de connexions de chaque site pour pouvoir passer d’un poste informatique à un autre en utilisant le client Filezilla à l’identique partout (et quel que soit le système d’exploitation).

Si le logiciel reçu des critiques vis-à-vis de sa sécurisation, le développeur de FileZilla Tim Kosse répondit toujours qu’il était inutile de sécuriser à la perfection un logiciel FTP quand l’on ne sécurisait pas son système d’exploitation.

Ne serait-ce pas une critique déguisée envers le système d’exploitation Windows afin d’insidieusement proposer un système d’exploitation alternatif plus sécurisé comme Linux ?

Windows 64 Bits Windows 32 Bits Windows Servers MacOS